Je suis quelqu’un d’ordinaire, tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Sauf que l’extraordinaire vient souvent s'immiscer dans l’ordinaire mais nous n'en sommes pas encore là alors commençons par le commencement… Je suis né au sein d’une famille modeste. Très tôt dans mon enfance, je ne me suis senti pas bien dans ma peau sans pouvoir conscientiser encore moins verbaliser cette différence qui m’isolait des autres : hypersensibilité, précocité intellectuelle mais aussi connexion au spirituel, au divin.

J'ai suivi des études supérieures et en suis sorti diplômé ingénieur. Un dimanche soir dans ma chambre universitaire, je vécus ma première expérience mystique : je sentis la présence de Dieu qui m’appelait à lui donner et consacrer ma vie. Je m’en ouvris à un prêtre dont les conseils me conduisirent à faire l’expérience de la vie monastique. Au bout de 6 mois de postulat, je pris l’habit et commençai le noviciat sous la nouvelle identité de frère Laurent-Marie de Bethléem. Je tombai malade quelques mois après le début du noviciat et dus alors quitter temporairement le monastère pour aller me soigner. Quelques semaines après ma guérison et mon retour au monastère, je vécus ma deuxième expérience mystique pendant la prière silencieuse du soir à la chapelle du monastère : j’entendis clairement une voix qui me disait que je n’étais pas à ma place et qu’il fallait donc que je retourne « dans le monde ».


Je suis alors entré dans la vie active. J'ai été ingénieur en industrie pendant 5 ans et ai évolué vers les ressources humaines. J’ai fait le tour de tout ce qu’on peut y faire puis me suis formé au coaching et mis à mon compte : j’ai assuré des missions de coaching aussi bien en entreprise qu’auprès de particuliers. Entretemps et parallèlement à ma vie professionnelle, je m’étais marié et 4 enfants allaient naître de notre union. Vie professionnelle, vie familiale mais aussi vie sociale : engagement dans une association de cinéphiles locale et un groupe de 7 familles où nous partagions un jardin collectif. Et des moments tout simples mais plaisants et ressourçants : du farniente, du bon temps tantôt seul, tantôt en amoureux avec mon épouse, tantôt avec des amis, quelques virées et voyages …


Je m'étais également formé aux soins énergétiques que je pratiquais après mon travail ou le week-end. C'est dans ces circonstances que je vécus ma première manifestation médiumnique : je sentis tout-à-coup lors d'un soin une présence derrière mon épaule droite et je sus instantanément que c’était le père de ma cliente. Je l’entendis alors prononcer le petit nom par lequel il l’appelait quand elle était enfant. Après avoir raconté tout cela à ma cliente, elle fondit en larmes et put enfin faire le deuil de son père qui était parti depuis plus de dix ans. Je pris peur et m’en ouvris à une amie qui me mit en contact une médium. Celle-ci m’apprit à l’apprivoiser, le canaliser c’est-à-dire mettre de côté les parasites du mental.


Quelques années après, je fis une grave dépression. Celle-ci venait me montrer que je ne m’aimais pas, je ne m’acceptais pas tel que j’étais et dans tout ce qui me distinguait de la « norme ». Elle me montrait aussi que, malgré tout l’amour que je portais à mon épouse et mes enfants, mon mariage n'était pas vraiment le mien : j’avais à mon insu répondu à un modèle parental pour ne pas dire transgénérationnel. Il prit de ce fait fin. J’ai eu besoin de temps - une dizaine d’années plus précisément - pour apprendre à m’accepter tel que je suis, à m’aimer dans toutes mes différences, à m’affranchir de la dépendance du regard et du jugement de l’autre mais aussi à cesser de vouloir tout contrôler, maîtriser, à faire confiance en la Vie, à lâcher prise. Et le travail se poursuit !


Aujourd’hui, à l’aube de mes 60 ans, je suis en paix avec moi-même, je suis dans la gratitude de la richesse de tout ce que j’ai vécu - le paradis comme l’enfer - car c’est bien tout cela qui m’a construit et permis de devenir qui je suis vraiment, de vivre ma mission de vie. J’ai arrêté de cloisonner mais au contraire j’ai fait en moi, pour mieux l’offrir à mes clients, la synthèse de tout ce que je suis : l’ingénieur, le scientifique dans toute sa rationalité et dans le soin qu’il met à donner du sens et un cadre à sa pratique professionnelle ; le coach qui vise l’autonomisation et l’épanouissement de ses clients par une approche systémique ; le channel ou médium canal qui par le côtoiement d’une réalité, d’un monde invisible à nos yeux mais non moins tangible, va à la racine de la racine, la cause de la cause des questionnements existentiels, des difficultés de vie, souffrances et traumas de ses clients pour les en libérer et leur permettre de vivre pleinement leur mission d’âme. Je suis tout à la fois Laurent Turini, frère Laurent-Marie de Bethléem et Mirddhyn. Je vous attends. Namasté.